MRZYCK & MORICEAU

Capture d’écran (3).png

   Le couple Petra Mrzyk (1973) et Jean-François Moriceau (1974) collabore depuis 1999 et la sortie de leurs études aux Beaux-arts de Quimper. Extrêmement productifs, les deux artistes exploitent le dessin sous toutes ses formes et transcendent les catégories établies entre beaux-arts et culture pop. Ils ont ainsi produit des clips ou des pochettes d’albums pour Air, Sébastien Tellier, The Avalanches, Katerine, Justice… Quand ils sont invités à exposer leur travail dans un centre d’art, ils aiment emprunter leurs titres à des films de James Bond. C’est ainsi qu’en 2020 leur exposition au Portique (Le Havre), intitulée « Never Dream of Dying » annonçait avec une certaine grandiloquence la palette de couleur de l’exposition : un univers onirique et bizarre, fortement teinté d’érotisme, où le corps disloqué atteint parfois sa propre limite. Les visiteurs et visiteuses pouvaient y admirer, entre autres, une sélection de plus de deux cents dessins en noir et blanc sur format A3, dont l’accrochage sur fond noir était ponctué par des GIF animés diffusés sur petits écrans.

 

Ces GIF sont repris sur le site 🐛🌪🦜 où ils se mêlent aux interventions des autres artistes comme autant de commentaires malicieux. L’humour de Mrzyk & Moriceau prend toute sa dimension avec la forme courte et répétitive du GIF, qui donne vie à des personnages étranges tout en les enfermant dans une boucle désespérante : un squelette avance continuellement sur des chaussures en forme de pieds ; deux seins généreux se frôlent mollement ; un homme en imper et chapeau tente de s’envoler mais retombe invariablement. On peut y voir aussi bien des clins d’œil aux artistes surréalistes, comme les personnages de Magritte ou les Objets Désagréables de Giacometti, qu’à la bande dessinée érotique du type Hara-Kiri. Sous leur apparente simplicité et leur humour sans détour, ces œuvres n’en sont pas moins complexes et parfois dérangeantes.