BASTIEN AUBRY

Capture d’écran (4).png

   Comment définit-on une œuvre d’art ? Où passe la frontière entre l’art et l’artisanat ? C’est à cette question vieille comme l’humanité que se confronte le duo Aubry Broquard, composé de Bastien Aubry (né en 1974) et Dimitri Broquard (né en 1969). Les deux artistes se rencontrent pendant leurs études à l’école d’art de Bienne, en Suisse. En 2002, ils fondent ensemble le studio de graphisme FLAG, avec lequel ils répondent à de nombreuses commandes pour des éditeurs et institutions. C’est autour de 2007 qu’ils commencent à créer des objets en parallèle de leur travail de graphistes : invités par une galerie qui possédait des alcôves, ils se demandent quels objets pourraient bien épouser ces espaces et se mettent à produire des cruches en céramique déformées. « Nous aimons travailler avec le kitsch, le grotesque et le mauvais goût ». Cette nouvelle pratique est vécue, à l’époque, comme une libération par rapport à la dimension utilitaire du design. Dès lors, la production d’objets étonnants et décalés, jouant sur les échelles, les matières, la modélisation 3D et le geste artisanal devient une part de plus en plus importante de leur activité. Lors de leur exposition au Portique (Le Havre) en 2010, les artistes présentent une rétrospective de leur production graphique ; mais une brèche dans un mur, à travers laquelle le spectateur devait s’aventurer, permettait d’accéder à cette « autre dimension » de leur pratique artistique, faite d’objets non fonctionnels et ambigus.


Pour le site 🐛🌪🦜, Bastien Aubry a proposé sous le nom Aubry Broquard une série de GIF animés sur lesquels on voit tourner des sculptures en céramique rose en forme de saucisses imbriquées. Titrées out of the tube (« sorties du tube »), elles révèlent précisément le geste qui les a fait naître : un boudin de terre cylindrique, qui évoque plus le monde des techniques industrielles que la charcuterie traditionnelle. On y retrouve une mise en avant du geste de l’artisan et l’humour partagé par les deux artistes à travers cette forme intestine et graphique, qui ressemble à un tracé  manuel en trois dimensions.